Si vos amis et votre famille raffolent de vos objets artisanaux ou diverses créations artisanales, vous avez peut-être songé à transformer votre hobby en entreprise.

Mais avant d’investir de l’argent dans une nouvelle entreprise, il est important de réfléchir à la méthodologie ! Pourquoi vendre ses créations sur internet et qu’en dit la loi  ? Découvrez tout ce que vous devez savoir dans cet article.

Pourquoi vendre ses créations artisanales ?

Vendre ses créations artisanales est un excellent moyen de dégager des revenus réguliers de son savoir-faire.

De ce fait, devenir vendeur ou vendeuse est idéal lorsque l’on recherche un complément de salaire, une reconversion professionnelle viable ou même vivre de sa passion, tout simplement.

Cependant, certaines démarches légales doivent être effectuées en amont pour faire bien les choses.

Selon l’article L110-1 du code du commerce, toute personne qui achète, fabrique ou transforme des biens dans le but de les vendre ou de les revendre exerce une activité commerciale.

Et pour cela, il est nécessaire de disposer d’un statut juridique.

La vente occasionnelle est la seule méthode de vente qui déroge à cette règle. En revanche, elle requiert l’application de règles strictes.

Continuez votre lecture pour découvrir les méthodes de vente légale qui s’adaptent le mieux à votre boutique.

Quelles méthodes pour vendre ses créations légalement  ?

La vente occasionnelle

La vente occasionnelle n’est pas considérée comme une activité professionnelle. Elle doit concerner la vente de biens que vous ne souhaitez pas garder.

Par ailleurs, il faut qu’elle soit réalisée dans le cadre de la gestion privée de patrimoine privé.

Si vous transformez une ou plusieurs matières premières dans votre processus de création, vous n’êtes donc pas concerné(e) par ce mode de vente.

Et ce, quel que soit le nombre de produits que vous vendez par an. Même si vous vendez seulement deux ou trois tables en bois rénovées par an, vous devez déclarer votre activité commerciale.

La vente en brocante ou en vide-grenier

Selon le portail de l’Économie, des Finances, de l’Action et des Comptes publics, les vide-greniers, brocantes et braderies sont trois types de vente au déballage.

Pour chaque vente, il vous sera demandé de vous inscrire dans le registre d’identification des vendeurs et d’attester sur l’honneur que vous n’avez pas participé à plus de deux ventes dans l’année en cours, à savoir entre janvier et décembre.

Deux ventes au déballage sont donc le nombre maximum d’évènements autorisé par personne et par an.

Si vous souhaitez participer à une brocante, vous n’aurez le droit de vendre que des objets personnels ou usagés.

Si vous souhaitez vendre vos créations artisanales, vous devez être déclaré comme professionnel.

La vente légale sur les marchés

Pour vendre vos créations légalement sur des marchés, vous devez être enregistré au registre du commerce et détenir une carte de commerçant.

Par ailleurs, vous devez avoir sur vous une “ autorisation temporaire du domaine public ”.

Mais comment se procurer ces documents  ? Pour l’autorisation temporaire du domaine public, vous devez faire la demande à votre mairie directement.

Pour la carte de commerçant ou artisan ambulant, vous devez faire une déclaration auprès de votre chambre des métiers et de l’artisanat.

Rendez-vous sur le site du gouvernement entreprise.gouv.fr puis téléchargez le formulaire cerfa n° 14022*02.

Une fois rempli, envoyez-le par lettre recommandée avec accusé de réception à l’adresse indiquée. Ainsi, la carte vous sera délivrée dans un délai d’un mois suivant le paiement des 30 euros de participation.

Dès réception, vous pourrez faire usage de votre carte pour une durée de 4 ans maximum. Pour la renouveler, vous n’aurez qu’à faire une demande et renvoyer votre carte périmée.

La vente via un site internet

Si vous souhaitez ouvrir votre boutique en ligne, vous devez connaître les quelques mentions légales en vigueur.

Si vous êtes entrepreneur individuel et artisan, vous devez indiquer des mentions sur votre site pour vous identifier en tant qu’entrepreneur individuel : https://www.service-public.fr/professionnels-entreprises/vosdroits/F31228

7 étapes pour créer sa boutique en ligne en toute légalité

Établir un business plan

Avant de vous lancer dans la création de votre boutique artisanale, qu’elle soit réelle ou virtuelle, vous devez élaborer un business plan bien ficelé.

Pour cela, vous devrez diagnostiquer les forces et faiblesses de votre concept. Vous devrez définir votre clientèle cible et étudier vos concurrents. Ainsi, vous pourrez identifier leurs forces et faiblesses.

Assurez-vous de tenir compte de tous les coûts liés à la création de votre boutique. Vos dépenses doivent être inférieures à ce que vous facturez pour vos produits.

Lorsque vous fixez les prix, n’oubliez pas qu’il s’agit d’articles de haute qualité, fabriqués à la main.

Comme une partie de vos dépenses sera consacrée à des frais de démarrage, n’oubliez pas de tenir compte du délai de récupération ou du temps nécessaire pour atteindre le seuil de rentabilité fixé.

Créer son statut de micro-entrepreneur artisan

Toutes les entreprises qui fabriquent des articles destinés à la consommation doivent également être enregistrées auprès d’un Centre de Formalités des Entreprises (CFE).

Lorsque l’on est commerçant, il s’agit de la Chambre de Commerce et de l’Industrie (CCI). Quand on est artisan, on déclare son activité auprès de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat (CMA).

Si vous êtes artisan et que vous souhaitez vendre vos créations, vous devez absolument être enregistré au Répertoire des Métiers (RM). Dès lors que vous l’aurez effectué, votre demande sera transmise à votre CFE. Puis, vous recevrez un extrait D1.

Cet extrait D1 atteste de l’existence juridique de votre entreprise. Il est donc très important de le conserver très précieusement une fois réceptionné.

En option et si vous en ressentez le besoin, vous pouvez tout à fait vous inscrire à un Stage de Préparation à l’Installation (SPI).

Il vous accompagnera dans la création de votre entreprise en douceur. Son prix varie en fonction des régions, mais son prix se situe entre 200 et 300 euros.

Trouver des fournisseurs aux prix intéressants

L’achat de petites quantités de fournitures au magasin d’artisanat local peut convenir à votre hobby personnel, mais l’achat des quantités nécessaires à la production à grande échelle doit être rentable pour augmenter votre marge bénéficiaire.

Recherchez des fournisseurs à bas prix pour vos matières premières.

Mais le prix n’est pas la seule valeur qui doit vous motiver ou non à collaborer avec un fournisseur plutôt qu’un autre.

Vous devez aussi prêter attention aux conditions d’achat et facilités de paiement, aux délais de livraison, aux services proposés (SAV par exemple), à la santé financière de votre fournisseur et à sa réputation, au respect des normes, règles, chartres, etc.

Votre fournisseur est la personne sur laquelle vous allez devoir compter le jour où vous aurez plus ou moins de commandes. Il est donc impératif de ne pas le choisir par hasard.

N’hésitez pas à demander des recommandations à votre entourage ou à faire des recherches poussées sur internet.

Définissez un espace dédié à l’entreprise

Créez chez vous un espace spécialement dédié à votre entreprise. Un espace calme et reposant où votre créativité peut déborder.

En plus d’un bureau, assurez-vous que l’espace de cette pièce soit suffisant pour accueillir vos stocks et fournitures.

Ainsi, votre environnement de travail optimisé et prêt à vous accompagner dans votre aventure entrepreneuriale.

Lorsque vous serez en train de créer, ajoutez un fond musical pour vous détendre.

Enfin, n’oubliez pas de ranger cette pièce régulièrement. Cela vous aidera à garder les idées claires tout au long de la création de votre boutique artisanale en ligne.

Développer une stratégie marketing

Si vous comptez vendre vos produits par l’intermédiaire d’un site web personnel ou d’un lieu artisanal tel que Etsy, prenez des photos de haute qualité qui mettent en valeur votre travail.

Prévoyez votre participation aux salons de l’artisanat. Mais pas seulement  !

Pour qu’un plan marketing soit bien construit, il est nécessaire de respecter un certain nombre d’étapes :

Analysez le marché de votre secteur et dressez un bilan (quelles sont mes forces, faiblesses, opportunités, menaces ? Qui est ma cible ? Qu’est ce qui la pousse à acheter et par quels biais ? Qui sont mes concurrents principaux ?)

Fixez vos objectifs marketing en lien avec la stratégie choisie (Augmentation du CA ? Du nombre de clients ? De votre notoriété sur les réseaux sociaux ?)

Mettez en place des axes d’action concrètes  ! (Qui fait quoi et quand ? Quel budget allouer à quel projet ? Quelles méthodes utiliser pour analyser ses progrès ?)

Afin de fixer vos objectifs opérationnels (étape 3), vous pouvez utiliser la méthode SMART : Spécifiques, mesurables, atteignables, réalistes et temporellement définis sont les adjectifs qui doivent qualifier vos actions.

En outre, vous devrez apprendre à définir les obstacles qui vous empêchent d’atteindre vos objectifs.

Si vous recevez plusieurs commentaires négatifs de la part de vos clients, il est important de mettre en place des mesures correctives.

Ainsi, vous passerez outre cet obstacle et satisferez vos prochains clients. N’oubliez pas d’être réactif et créatif  !

Prévoir un inventaire suffisant de départ

Créez un stock de produits suffisamment important pour assurer le lancement initial de votre entreprise lors de vos premiers événements ou pendant les premiers mois de fonctionnement en ligne.

Une fois que vous serez opérationnel, vous devrez répartir votre temps entre la production, les ventes et les opérations commerciales. Donnez-vous une longueur d’avance sur la production en créant un inventaire bien fourni.

Vendez vos produits

Allez-y et vendez  !

Utilisez les réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Pinterest) pour annoncer où les consommateurs peuvent trouver vos produits.

Si vous avez un budget communication conséquent, tentez l’achat de publicités Facebook ou Instagram.

Vos produits apparaîtront dans les fils d’actualité de votre audience cible. Un must pour se faire connaître  !

Sur votre boutique en ligne, pensez à proposer du contenu conséquent pour chaque produit. Pour qu’une page web soit visible, elle doit comprendre 300 mots minimum.

Utilisez des mots clés pour mettre vos créations en avant. Et si vous n’êtes pas à l’aise avec l’écriture, faites appel à un rédacteur web.

Finalement et pour vous faire connaître localement, remplissez une fiche Google My Business et distribuez des échantillons lors de salons ou en magasin. Cela suscitera l’intérêt de tous pour votre produit.

Si vous vendez des vêtements, veillez à les porter vous-même à chaque sortie. Votre entreprise doit être au cœur des préoccupations !

Vendre ses créations légalement : pour conclure

Vendre ses créations légalement n’est pas donné à tout le monde ! En plus de respecter la réglementation en vigueur et de créer son statut juridique, un vendeur doit apprendre à donner envie, apprendre à être meilleur que ses concurrents, apprendre à connaître sa cible… Il doit absolument tout prévoir, de la gestion des stocks et à la stratégie marketing en passant par le business plan.

Si vous ne respectez pas ces étapes, votre entreprise risque de ne pas être fructueuse ou de ne pas obtenir beaucoup d’attention. Suivez ce guide étape par étape et mettez votre boutique en ligne sur le devant de la scène dès aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *